Juillet : Le Yucatan mexicain, entre héritages Mayas et eaux turquoises

Située sur la pointe sud-est du pays, le Yucatan vaut à lui seul un voyage au Mexique. Cette région, berceau de la civilisation maya, offre à ses visiteurs de grands sites archéologiques, de charmantes villes coloniales, des communautés qui ouvrent facilement leur porte, des cenotes résultants d’une géologie unique et une nature généreuse venant border la mer des Caraïbes avec ses plages de sable blanc et ses eaux turquoises. Au large de la péninsule, les îles de Cozumel, Isla Mujeres et Holbox attirent les amateurs de plongée qui viennent y découvrir des fonds marins d’une grande diversité. 

Parfumée et épicée, la cuisine yucatèque, l’une des plus riches du pays, est un vrai plaisir pour le palais. Utilisant de nombreux ingrédients traditionnels de la cuisine maya (maïs, chocolat, courge, piments…), la cuisine yucatèque mixe également des influences européennes, caribéennes, moyen-orientales et indienne, faisant de sa gastronomie une cuisine bien différente de la cuisine traditionnelle mexicaine. Un délice, comme l’est toute la gastronomie mexicaine inscrite au Patrimoine Mondial Immatériel par l’UNESCO depuis quelques années.

Le mystère qui entoure l’existence des Mayas fait  du Yucatán une terre riche de traditions et de culture qui laisse une marque indélébile sur ceux qui la visitent. Encore très présents, les indiens mayas représentent un quart de la population du Yucatan et prennent leur rôle de garants du patrimoine linguistique, architectural et culturel de leurs ancêtres très à cœur.

Les incontournables :

Chichen Itza

Située entre Valladolid et Mérida, Chichen Itza, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1988, et considérée comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde en 2007, est l’un des plus intéressants sites archéologiques du pays. Autrefois l’un des plus grands centres mayas de la péninsule du Yucatan, cette ville sacrée d’une rare splendeur surprend encore par sa symétrie et son importance archéologique. Tout au long de son histoire, qui s’étend sur presque mille ans, la ville fut embellie grâce aux contributions Mayas et Toltèques qui ont laissé sur la pierre des monuments et des œuvres artistiques l’empreinte de leur vision du monde et de l’univers.

Le petit plus : Tous les ans, le 21 mars, des milliers de personnes se rassemblent au pied des pyramides de Chichén Itzá pour assister à l’un des spectacles les plus impressionnants du monde. Les Mayas, qui étaient d’excellents astronomes, pensaient que, lors de l’équinoxe de printemps, leur dieu Quetzalcoatl descendait sur Terre en prenant la forme d’un serpent, afin d’apporter sa bénédiction, garantissant des récoltes fructueuses et une santé de fer à ses adeptes. Ainsi chaque année, pendant cinq heures, la position du soleil par rapport à la pyramide de Kukulkan créé un jeu d’ombres et de lumière qui forme sept triangles à partir du sommet de la pyramide et donne l’impression qu’une forme reptilienne descend les marches de l’édifice.

Chichen Itza.jpg
Chichen Itza, l’une des 7 merveilles du monde

Tulum :

Si le village de Tulum n’est pas des plus attractifs, ni des plus typiques, on ne va pas à Tulum pour son village mais bien pour son magnifique site Maya du même nom. Seul site archéologique du bord de mer, Tulum est l’endroit le plus photogénique de la région et peut-être même de tout le pays. Son bâtiment le plus emblématique, surnommé « El Castillo », se trouve au bord d’une falaise d’où l’on peut admirer les eaux turquoise de la mer des Caraïbes.

Le petit plus : Chaque dimanche, les touristes résidant au Mexique peuvent entrer gratuitement sur le site archéologique de Tulum. Pour éviter la foule, mieux vaut donc éviter de s’y rendre ce jour-là et privilégier le mardi matin, jour le plus calme de la semaine.

Yucatan.jpg
Tulum, seul site maya en bord de mer

Mérida :

Capitale culturelle de la péninsule du Yucatán et plus ancienne ville d’Amérique continentale, Mérida possède un centre colonial magnifiquement préservé, une profusion de musées et galeries d’art, et certaines des meilleures tables de la région. La région de Merida est également la plus propice pour découvrir l’héritage Maya. Après l’arrivée des espagnols, les cinq pyramides de l’ancienne ville furent détruites. Leurs ruines furent utilisées pour la construction de la cathédrale de Mérida et d’autres bâtiments importants. Au sortir de Mérida, des sites mayas moins connus des touristes, et donc moins fréquentés, jalonnent la Ruta Puuc offrant l’occasion de remonter le temps sans être bousculé par la foule.

Le petit plus : Mérida, très fière de son folklore Yucathèque, offre chaque dimanche un spectacle colorés pour les touristes de passage. Tous les habitants revêtent alors leurs plus beaux habits pour célébrer cette journée de culte et  danser la Jarana Yucateca (dérivée de la jota espagnole) sur la place centrale.

Merida.jpg
Mérida, plus ancienne ville d’Amérique continentale

Uxmal :

Point phare de la fameuse Ruta Puuc (route de la colline), accessible depuis Mérida, Uxmal est l’un des sites archéologiques les plus importants de la culture maya avec ceux de Chichen Itza et de Tikal au Guatemala. Métropole culturelle maya de la période classique, ce site archéologique est considéré comme l’une des plus belles cités archéologiques du Mexique d’un point de vue artistique et architectural. Les temples sont en parfait état de conservation et présentent une exceptionnelle architecture.

Le petit plus : Tous les soirs à Uxmal est donné un fameux spectacle « son et lumière » (existe également sur Chichen Itza) retraçant l’histoire des habitants de la ville et habillant de lumière les vestiges mayas du site, admirablement bien conservés. A voir !

Uxmal.jpg
Uxmal, l’une des plus belles cités archéologiques du pays

Les cenotes :

Les cenotes, piscines naturelles insolites et spectaculaires, sont un des éléments caractéristiques de la péninsule du Yucatán. Ce réseau aquatique sous-terrain est unique en son genre. Anciens lieux sacrés pour les Mayas, ces réservoirs d’eau douce d’une beauté onirique fascinent tous ceux qui s’y rendent. La péninsule compterait pas moins de 10 000 cenotes de formes et de profondeurs différentes répartis dans toute la région du Yucatan et seule une minorité seraient connues, certaines demeurant inaccessibles. Avec leurs eaux fraîches et cristallines, les cenotes sont rapidement devenus de vrais lieux de détente pour les touristes comme pour les locaux, qui viennent profiter de la beauté du paysage tout en se rafraichissant le temps d’une baignade.

Le petit plus : Plonger avec bouteilles dans les eaux douces et calmes de ces « puits sacrés » est une expérience inoubliable tant les cenotes offrent aux plongeurs une atmosphère particulière et des univers subaquatiques féériques, quasi irréels. Accessible à tous niveaux de plongeurs, les cenotes dévoilent les mystères propres au monde minéral : visibilité illimitée, cathédrales souterraines pour un côté plongée spéléo, mais aussi stalagmites et stalactites offrant des jeux de lumières à couper le souffle !

Cenotes 2.jpg
Les cenotes, anciens lieux sacrés pour les Mayas

La réserve naturelle de Sian Ka’an :

Dans la langue Mayas, Sian Ka’an signifie « origine du ciel ». Située sur la côte est du Yucatán, cette réserve protégée, classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1987, occupe une superficie de 528 147 hectares offrant forêt tropicale,  mangroves, marais, lagunes, ainsi qu’une magnifique barrière de corail, la seconde plus grande barrière au monde après l’Australie. Elle abrite une flore riche et une faune qui comprend plus de 300 espèces d’oiseaux, ainsi qu’une grande partie des vertébrés terrestres de la région, qui cohabitent dans la diversité des milieux formés par son système hydrologique complexe.

Le petit plus : Embarquez à bord d’un bateau de pêcheurs à la découverte des mangroves et lagunes. Une occasion unique de rencontrer pélicans, cormorans, dauphins, raies, ou encore tortue marine en totale liberté dans leur milieu naturel.

Sian Kaan.jpg
Sian Ka’an, réserve naturelle

Le bon plan Selectour

La Péninsule Yucatan est l’un des rares endroits de la planète où vous pouvez partager l’eau avec le plus grand poisson du monde, le requin-baleine (14 m pour les plus beaux spécimens). Chaque année, de juin à septembre, les requins-baleines s’y regroupent par centaines au large de la péninsule, offrant l’une des plus grandes concentrations au monde. Ils viennent s’y nourrir de minuscules œufs de thon translucides, abondants dans la zone en cette saison. Une occasion incroyable de côtoyer ce géant des mers dans son milieu naturel, d’entendre son souffle et d’essayer de croiser son regard. Snorkelers, ou simples amoureux de la mer, l’émotion promet d’être intense !

Requins baleines.jpg
Inoubliable rencontre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s